7 oct. 2015

Octobre Rose // On en parle !

Bonsoir les filles ! 
Je vous retrouve ce soir avec un sujet légèrement différent de ce que j'ai l'habitude d'écrire par ici. Je ne vous parlerai pas vernis ce soir (bon ok, un peu quand même), mais plutôt "médecine". 

Vous le savez sûrement, Octobre est le mois de campagne de lutte contre le cancer du sein. C'est un sujet qui me tient particulièrement à coeur car, en tant qu'étudiants en médecine, nous y sommes malheureusement assez souvent confrontés. On en parle pas mal sur les réseaux sociaux en ce moment, on sait vaguement qu'il faut se faire dépister, mais en quoi cela consiste-t-il vraiment ? 




Qu'est-ce que le cancer ?

Impossible de parler cancer du sein sans en expliquer rapidement l'origine. Pour simplifier un peu, le cancer est une prolifération anormale de cellules au sein d'un tissu de l'organisme. Les cellules cancéreuses acquièrent des caractéristiques particulières, telles que la résistance à la mort cellulaire (dans un tissu sain, les cellules doivent naturellement mourir au bout d'un certain temps), une croissance illimitée, une capacité à envahir des tissus dont elles ne sont pas originaires (ce qui explique les métastases), etc... Les cellules deviennent "invincibles" et l'organisme et très rapidement dépassé. 

Les facteurs de risque du cancer du sein

  • L'âge
En effet, le cancer du sein est exceptionnel chez les femmes de moins de 35 ans. Sont incidence augment avec l'âge, puisque près de 2/3 des cancers du seins se développent chez des femmes de plus de 50 ans. 

  • Les facteurs génétiques 
On sait désormais que certains gènes peuvent être, dans certains cas, responsables de cancer du sein. Si votre mère/soeur/tante a déjà eu un cancer du sein, on n'attends plus, on va se faire dépister. A savoir qu'il existe un test de dépistage génétique pour celles (et ceux, car ne l'oublions pas, le cancer du sein peut également toucher les hommes !) qui se trouvent dans cette situation. 

  • Une puberté précoce (avant 12 ans) et une ménopause tardive (après 52 ans) augmentent le risque de développer un cancer du sein.

  • Le mode de vie et l'environnement influent également sur ce risque (alimentation riche en graisse, sédentarité, antécédents d'irradiations, etc). 



Le dépistage

On en entend pas mal parler sans pour autant en connaître la nature exacte. Les deux manières les plus simples de dépister un cancer du sein sont l'auto-palpation et le dépistage organisé.

  • L'auto-palpation
Hyper simple à faire, il suffit de lever le bras et de palper le sein, avec les trois doigts de la main opposée, en faisant de petits cercles à partir de l'aisselle et jusqu'à la partie interne du sein, et on recommence l'opération de l'autre côté à la recherche d'une grosseur anormale. 
Perso, je fais ça sous la douche quand j'y pense (ok, peut être too much informations là), ça fait gagner du temps et, au moins, on le fait de temps en temps ! 

  • Le dépistage organisé 
Il correspond à la mammographie (une radio des seins), recommandée tous les deux ans pour les femmes de 50 à 74 ans et entièrement remboursée par l'assurance maladie. Oui oui oui. Alors on y va, on se fait dépister, au mieux on est rassurée, au pire on est prise en charge à un stade assez précoce pour vaincre la maladie ! Car comme vous le savez, plus le cancer est détecté tôt, plus les chances de guérison sont grandes. 



Cancer du col de l'utérus

J'y suis, alors tant qu'à faire j'en profite aussi pour vous parler rapidement du dépistage du cancer du col de l'utérus. La prévention commence plus tôt et consiste en un frottis cervico-utérin (on prélève quelques cellules au niveau du col de l'utérus), tout les deux ou trois ans, à partir de 25 ans et jusqu'à 65 ans. On profite d'une consultation chez le gynécologue ou chez le généraliste pour le faire ! 



   Voilà les copines ! J'ai essayé de faire simple (avec mes maigres connaissances d'étudiante en médecine), alors pour en savoir plus, c'est par là (ou par ici si vous êtes motivées). 
J'espère que cet article n'aura pas été trop long pour vous et vous aura éclairci un peu les idées à propos de tout ça. On parle beaucoup de dépistage et, finalement, seules peu de personnes se font dépister (par flemme, parce que ça "ne touche que les autres") alors que ça permettrai d'éviter bien des situations malheureuses. Alors on y va et on motive son entourage pour le faire aussi parce que le dépistage, c'est trop fun. Sisisi, je vous jure. 

Je vous souhaite une très bonne soirée ! A très vite, pour un article un peu plus léger <3 !


Les boucles d'oreille viennent de chez www.happinessboutique.com
Les vernis utilisés sont le Blanc d'Essie et Dare de NCLA. 

1 commentaire:

  1. Super article mon choupin. Moi je suis toujours paniquée par ce genre de maladie qui viennent de nul part et le fait que tu en parles comme ça je trouve ça bien et ça me rassure :) Merci

    RépondreSupprimer